Pleine Lune du 6 Novembre dans l'axe Taureau Scorpion à 23H23 Heure Française : la force du serpent se présente, qu'en faisons-nous? 

 

La Pleine Lune du jour se plaçant sur mon axe de la transmission il m’a été donné hier  d’approfondir certains aspects de théories psychologiques et me voilà tout juste à temps pour cette Pleine Lune tellement puissante et qui crée un pont vers un autre aspect planétaire très puissant également pour le début de la semaine prochaine !

 

J’aurai aimé vous parler de pause après le mois d’éclipse mais ça serait vous mentir !

 

Si l’on doit trouver un point comment entre tous ces aspects planétaires il s’agirait des puissantes forces de l’inconscient qui cherchent à refaire surface et de nos désirs profonds  qui vont se présenter à nous de façon plus ou moins douce selon là où nous en sommes dans la rencontre avec elles.

 

Ainsi la Pleine Lune dans l’axe Taureau Scorpion est très en lien avec notre sexualité mais aussi avec la notion de territoire, de la façon dont celui-ci a été respecté et de la manière dont nous avons agit pour nous protéger, pour nous mettre en sécurité.

 

L’axe et la période sont aussi en lien avec les hontes que nous pouvons porter et qui créent plus que souvent un sentiment de dévalorisation profond. Laissons nos rêves et les signes de jour nous indiquer de quoi nous sentons-nous peut-être encore coupables et qui est-ce que cela protège (voir bulletins précédents évoquant le mécanisme de la culpabilité) ?…

 

Quelques pistes psychosomatiques pourront nous permettre de faire des liens : des problèmes de voix pourront parler de problèmes de pertes de territoire, des douleurs aux vertèbres cervicales d’une dévalorisation liée à une incapacité à produire ou posséder, des problèmes de thyroïde du fait de devoir s’agiter dans l’urgence de situations dans pouvoir trouver sa propre assise, les dents en relation possible avec des mémoires qui bloquent l’affirmation (côté Taureau).

 

Côté Scorpion, nous touchons à la notion de possession physique et psychologique, avec les tabous sexuels liés à des viols et autres incestes (parfois transgénértionnels) pouvant affecter la prostate et les testicules chez les hommes, les ovaires, l’utérus ou le sacrum chez les femmes,

 

Des mémoires de trahison venant toucher l’anus ou le coccyx et des problématiques au gros côlon pouvant parler de difficulté à pardonner certaines crasses, l’articulation coxo-fémorale nous parlant elle de l’énergie du lien entre le tronc et les jambes comme une énergie à vouloir s’unir ayant pu être bloquée par des mémoires d’abus (« Le chant de la résonance » de Jean-François Berry).

 

Le Scorpion est aussi en relation avec la mort et notamment ici avec le sentiment d’abandon par la mort, nous parlant aussi de deuils non faits marquant notre vie notre arbre généalogique.

 

Et là je vous invite à respirer si vous souhaitez pouvoir terminer l’article !

 

Alors je continue !

 

Ce qui est intéressant aussi à repérer c’est quelles ont été nos réactions face aux « agressions » que nous avons vécues.

 

Quelles ont été nos croyances qui ont toujours cours aujourd’hui ?

 

Avons-nous une colère contre nous en ayant considéré une fois pour toutes que nous étions faibles et incapables de nous mettre en sécurité ?

 

Avons-nous la croyance que le monde est dangereux et qu’il faut se créer sa place à coup de lutte et de « struggle for life » ?

 

Croyons-nous que nous avons mérité tout cela ? Que nous avons été punis d’une faute commise dans des vies antérieures ? Je ne dis pas qu’il n’existe pas de vies antérieures mais selon moi l’univers, Dieu est amour et ne cherche pas à nous punir : il est juste une intelligence qui cherche à nous faire avancer, voilà tout !

 

Il est temps aussi de venir explorer nos mécanismes d’évitement face au danger.

 

Henry Laborit, célèbre médecin chirurgien et neurobiologiste, nous explique que les plantes puisent l’énergie dans le sol et grâce au soleil transforment cette énergie en leur propre matière vitale.

 

L’animal et donc l’homme ne peuvent se maintenir en vie qu’en consommant cette énergie des plantes ou d’autres animaux, ce qui nécessite de se déplacer dans un espace avec un système nerveux qui va permettre d’agir sur et dans l’environnement pour assurer la survie.

 

Si c’est efficace il y a plaisir et équilibre.

 

Cette pulsion à se maintenir en vie va s’exprimer dans 4 comportements de base :

 

  • consommation (manger, se reproduire, boire)
  • fuite
  •  lutte
  •  inhibition.

 

Selon lui le cerveau sert à agir avant tout.

 

Ainsi face à une agression nous avons les trois réponses suivantes :  fuir, lutter, ne rien faire (quand la lutte et la fuite ne sont pas disponibles).

 

Il a fait des expériences passionnantes sur des souris que vous pouvez découvrir sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=SxLTsUEH_mA ou dans le film « Mon oncle d’Amérique » que vous pouvez trouver sur Youtube.

Selon lui toujours,  l’inhibition est le pire des cas car elle est présente quand la lutte et la fuite n’ont pas été possibles.

 

Ainsi l’enfant qui aura été plongé à plusieurs répétitions dans des situations de violence par exemple, verbales ou physiques face à un adulte plus puissant que lui peut ne pas avoir eu d’autres issues que de ne rien faire et peut finir par taire toute action en lui et même se protéger une fois adulte par l’inhibition de l’action face à une situation stressante dans sa vie.

 

Sauf que cette protection peut être un leurre car l’angoisse monte, le sommeil est perturbé, le corps somatise et la colère « fait des trous » dans le corps.

 

Dans tous les cas prendre le temps de reconnaître ce que ces mécanismes de protection protègent permet de pouvoir les lâcher ou d’en changer  petit à petit!

 

Lorsque vous êtes dans l’inhibition de l’action avez-vous déjà pensé que cela était destiné à vous protéger ?

 

Si vous êtes en lutte à jongler avec un emploi du temps chargé peut-être que fuir en annulant un rendez-vous serait salutaire et non lâche ?

 

Il est possible que vous restiez en permanence à découvert au niveau bancaire car cela permet pour votre inconscient de continuer à lutter et donc de continuer à se protéger…

 

Là encore prendre le temps de reconnaître que cela cherche à vous protéger permet de pouvoir lâcher…

 

Il est temps aussi d’aller contacter la rage présente dans notre bassin et de la laisser monter à travers les chakras du cœur et de la conscience et au delà afin de pouvoir dire un « non » suffisamment puissant pour qu’il puisse inspirer le stop en face de nous sans que vous ayez à vous protéger par ces mécanismes.

 

Ceci nécessite d’être dans votre verticalité en lien avec votre puissance et les énergies cosmo-telluriques, d’habiter votre bassin et que l’énergie circule dans votre corps !

 

Cela se vit grâce à des pratiques psychocorporelles mais aussi par l’écoute de l’enfant en vous, l’écoute de vos émotions et de votre colère profonde.

 

Ainsi pourrons-nous être amenés à lâcher les masques de notre persona en osant contacter nos désirs profonds et reconnaître que nous sommes puissants, que nous n’avons plus besoin d’entrer en compétition ou de nous suradapter mais que nous pouvons créer notre réalité.

 

Le lien entre le conscient et l’inconscient aura rarement été aussi intense et il n’existe que deux choix :

 

- continuer à lutter pour maintenir ce masque, cette persona, ce pouvoir obsolète et alors il est possible que les jours qui suivent vous fassent rencontrer des « bugs » : somatisations, « attaques » par des représentants de la loi ou de l’autorité, votre patron…

 

-   lâcher le masque et prendre le temps d’apprivoiser vos forces inconscientes…

 

Ainsi la force de la Kundalini pourra venir ouvrir des nouveaux espaces en vous…La reconnaissance des blessures permettra aux émotions de circuler et votre vie deviendra plus paisible et plus passionnante à la fois !

 

La créativité pourrait être une « fuite salutaire » ici à moins que la persona reprenne le pouvoir à travers un gonflement de l’ego.

 

Comment accepter la reconnaissance des autres sans être à l’affût de cette reconnaissance mais en se laissant nourrir par elle ?

 

Probablement en se reconnaissant soi-même suffisamment et en reconnaissant à quel point peut-être nous n’avons pas été reconnus pour qui nous sommes ?

 

Comment pouvoir rester humble tout en se reconnaissant ?

 

Prenez-vous le temps de reconnaître votre parcours ?

 

Certaines personnes qui viennent me consulter sont de véritables survivantes et toujours tournées vers le futur et les améliorations possibles elles oublient de reconnaître cette force de résilience qu’il y a en elles pour être arrivées en vie jusqu’ici! Waouh bravo, chapeau bas !

 

Se féliciter n’a rien d’égotique, il, s’agit de la reconnaissance de ce qui est, qui évite justement d’avoir sans cesse à chercher à être rassuré par l’extérieur.

 

Nous pouvons aussi être testés, en lien avec la reconnaissance, sur la façon nous nous osons nous valoriser à travers l’énergie de l’argent.

 

Oui notre valeur a un prix et oui plus nous reconnaissons notre valeur plus nous reconnaissons celle des autres !

 

Trouver l’équilibre entre ce que nous conservons et ce que nous partageons peut aussi faire partir de l’énergie de cet axe Taureau Scorpion.


Cette période va nous inviter à une authenticité maximale, qu’elle ait été choisie ou non.

 

Alors pourquoi ne pas la choisir ?

 

Il est très rare que quelqu’un face à qui vous reconnaissez vos limites et à qui vous expliquez que vous faites comme vous pouvez avec votre histoire ne soit pas touché à son tour et n’ait pas envie de prendre le relai en reconnaissant aussi là où ça a « manqué » de son côté.

 

La tendresse pour soi permet la tendresse pour les autres, l’authenticité invite à l’authenticité…

 

Encore faut-il avoir reconnu avant les insécurités qui ont fait que faire semblant d’être qui nous ne sommes pas en jouant le « cacou » face aux autres semblait nous rassurer !

 

De belles relations pourraient jaillir ou renaître pour ceux qui choisiront d'oser la tendresse.


Mais revenons à notre lien avec l'inconscient qui sera particulièrement "boosté" dans les prochaines semaines.


L’inconscient n’est pas un piège qui va nous happer si  on met le doigt dedans.

 

L’inconscient est, il a besoin d’être reconnu sinon il se « fait reconnaître » et là ça fait plus mal !

 

Parfois je suis touchée par des personnes qui me disent « je ne vais pas ouvrir la boîte de Pandore parce que ça serait sans fin » ! Mais elles sont assises sur une poudrière et un jour cette poudrière va exploser alors pourquoi ne pas prendre le temps de désamorcer la bombe petit à petit ?

 

En même temps je peux très bien comprendre cette peur mais c’est une illusion de croire que le conscient peut dompter l’inconscient !

 

D’autres pensent qu’elles ne vont rien pouvoir faire et que du coup il vaut mieux ne pas ouvrir !

 

Mais plus nous sommes à l’écoute de nos rêves et de notre enfant intérieur, plus l’eau coule de façon fluide et les barrages sautent petit à petit…

 

Dommage qu’on ne nous apprenne pas ça à l’école, ça serait autrement plus intéressant !

 

Alors quittons les « on », les « le monde ne va pas bien », les « c’est la crise » pour oser vivre la plus belle des aventures, celle de la rencontre avec nous-même, car nous avons un mystère en nous alors que parfois nous l’oublions et nous nous ennuyons !

 

Nous sommes aidés lors de cette Pleine Lune par une énergie favorisant le pardon et la guérison et des pistes pourraient nous être données sur notre chemin si nous sommes à l’écoute et que nous demandons !

 

Alors n’hésitez pas à demander avant de vous endormir, votre inconscient peut devenir un ami fiable et authentique qui ne demande qu’à vous aider !

Je vous souhaite un beau voyage !

 

Ariane

 

Nb : Vous pouvez lire le bulletin sur le mois de novembre en panoramique sur : http://femmesaupluriel.fr/bulletin-planetaire/

Aspects planétaires sélectionnés :

 

Soleil en Scorpion opposé lune en Taureau, conjoint Vénus, carré Jupiter Lune Noire en Lion, sextile Mars et Pluton en Capricorne et trigone Neptune et Chiron (rien que ça !)

 

Mars conjoint Pluton, exact le 11 Novembre avec la Lune en opposition  (en Cancer) entre le 11 et le 12 Novembre

 

Mars Pluton carré Uranus

 

Mercure en Balance trigone Neptune.

Écrire commentaire

Commentaires : 0