Nouvelle Lune en Capricorne du 22 Décembre (2h37 Heure Française)…Grandir... 

Grandir…

 

Voilà le mot qui m’est apparu à la lecture de la carte du ciel de cette Nouvelle Lune.

 

En écrivant ce mot j’ai conscience que pour chacun d’entre vous il est déjà coloré par vos histoires et vos chemins personnel…

 

Certains spontanément associent grandir avec un assèchement, comme un éloignement de l’enfant en eux…

 

D’autres, spontanément vont penser au rapprochement avec la mort…

 

D’autres encore associeront « grandir » à une forme d’obligation à la sur adaptation…

 

Pour certains, grandir pourrait revêtir une forme d’urgence à quitter une enfance insatisfaisante.

 

Et bien sûr certains y verront une occasion d’évoluer vers plus de conscience…

 

J’aimerais y ajouter ma vision puisqu’on y est !

 

J’ai longtemps refusé de grandir et de faire des choix, je vivais un peu comme dans un supermarché géant ou plus je sentais de possibilités, plus mon sentiment de liberté était comblé !

 

En bonne Sagittaire je me targuais d’avoir 5 métiers différents et d’avoir déjà vécu plusieurs vies en une.

 

Mais Pluton (mourir à soi-même, planète du Scorpion) et Saturne (aller à l’essentiel et se rapprocher de « l’ossature », de son essence) sont passés par là venant activer une grande partie des planètes de mon thème. Youpi !

 

C’est donc de l’autre côté de la rive que je vous parle aujourd’hui même si comme vous je suis bien sûr toujours en chemin...

 

Cette rive c’est celle de l’âge adulte.

 

J’ai pu ainsi comprendre que j’étais dans une forme de pseudo liberté qui consistait à refuser de faire DES CHOIX.

Dans la mythologie, Chronos (Saturne), principe de réalité castre son père Ouranos (Uranus le ciel étoilé somme de tous les possibles) ce qui signifie symboliquement que seuls les choix permettent une incarnation dans la matière.

 

Nous avons tous connu des personnes aux 10 000 idées qui n’en concrétisaient jamais une tant leurs idées étaient vastes et trop nombreuses !

 

Mais choisir n’est pas si simple qu’il n’en a l’air car choisir c’est justement savoir ce qui est notre essentiel et notre essence.

 

C’est aussi savoir ce qui nous correspond vraiment et non pas ce qui nous fait rêver mais qui au fond ne nous rendrait pas heureux dans la vie quotidienne.

 

Vous pouvez admirer les reporters sans frontières mais, au fond de vous, préférer une vie beaucoup plus simple qui vous permette de voir vos enfants tous les soirs par exemple !

 

Nous retrouvons beaucoup ça dans des thèmes marqués à la fois par le feu et la terre ou l’eau avec cette dichotomie entre l’envie de voyager et l’envie d’être là en présence des siens.

 

Pourquoi ne pas voyager à l’intérieur dans ce cas?

 

Ceci est un exemple mais grandir va de pair avec une plus grande authenticité envers soi et certes, avec une reconnaissance pour soi-même qui permet de ne plus être tributaire de la reconnaissance extérieure.

 

C'est aussi reconnaître que les barrages que nous pouvons sentir de l'extérieur (cette famille par exemple dans ce cas qui empêche de voyager) ne sont que des parties de nous-même non encore reconnues.

 

Grandir c’est, selon moi, prendre conscience que la seule chose qui soit nourrissante, notre super carburant, c’est l’amour, le reste n’étant qu’illusion de l’ego.

 

Grandir c’est savoir écouter suffisamment son enfant intérieur pour cesser d’être manipulé par lui à travers des émotions surgissant sous la forme de trop pleins à travers les submergements émotionnels…

 

Grandir c’est assumer ses responsabilités sans se prendre ni prendre la vie au sérieux, car dès qu’il y a sérieux, il y a cristallisation, jugement et perte de l’humour et de l’humilité…

 

Grandir c’est savoir, dans une situation de tension relationnelle, faire la part des choses entre ce qui vient de sa propre histoire ayant pu colorer l’événement, de ce qui vient de l’autre.

 

C’est apprendre à s’excuser sans culpabilité, c’est faire « sa part du job »…

 

Grandir c’est cesser les mensonges qu’on fait aux autres et à soi-même et au fur et à mesure que l’inconscient est en mesure de le faire, quitter les dénis liés à notre propre histoire qui laissent l'enfant dans une souffrance non écoutée. C'est cesser de protéger nos parents sans nourrir des émotions de colère d'adulte mais en écoutant celles de l'enfant.

Grandir c’est reconnaître que nous avons créé notre vie d’aujourd’hui et quitter le triangle victime sauveur persécuteur, triangle qui cache respectivement la colère, la tristesse et la peur !

 

Grandir c’est comprendre que les cadres sont nécessaires à notre évolution et qu’ils permettent la liberté !

 

Le cadre cela peut être une organisation de travail, des heures « d’ouverture et de fermeture » avec le monde extérieur, des pratiques régulières…

 

Plus vous saurez vous mettre un cadre, moins vous aurez à en supporter un rigide de l’extérieur.

 

Le manque de cadre est souvent la conséquence de familles éclatées à tendance « incestuelles » ou de famille rigides porteuses d’une autorité arbitraire et injuste.

 

Vivre dans «  le flou » est très épuisant pour le système immunitaire qui porte toutes les émotions inconscientes associées aux systèmes flous.

 

A quel moment nos peurs font que nous acceptons des systèmes pas clairs, des systèmes de dépendance ?

 

Grandir c’est apprendre à penser par soi-même plutôt que d’intégrer le flot ininterrompu de croyances héritées de l’omniprésence des médias ou encore d’un système spirituel figé.

 

Grandir c’est ne pas confondre « vivre dans le présent » avec ne rien prévoir.

 

Grandir c’est se fixer des objectifs puis lâcher et laisser faire, se laisser être sans s’accrocher si ça ne répond pas dans « notre sens », le notre dans ce cas étant bien souvent une personnalité n’ayant pas été assez à l’écoute du « soi » pour prendre la décision.

 

Combien de fois n’avons nous pas vécu une rencontre ou un événement tant attendu, nous rendons compte quelques jours, semaines, mois ou années plus tard que cela nous a en fait protégés ou fait grandir.

 

Grandir c’est donc aussi mixer puissance et humilité car nous sommes des co-créateurs et « co-création » ne signifie pas toute puissance…

 

Grandir c’est accepter de se remettre en cause quand on s’est « planté » !

 

Enfin, grandir c’est s’aimer…Inconditionnellement, tendrement, patiemment, avec l’humour de celui ou celle qui connaît ses tendances et qui en sourit…Car au fond est-ce si grave que cela ?

 

Voilà tout un programme de maîtrise que nous invite à mettre en place cette Nouvelle Lune.

 

Avec un focus particulier sur des mémoires en lien avec la mobilité, les frères et sœurs et l’apprentissage.

 

Combien de personnes ai-je reçues qui avaient gardé des traumatismes liés à une maîtresse injuste, humiliante ou encore raciste ? Avec parfois une trahison des parents soutenant la maîtresse ou le maître ? D’autres fois, les traumatismes venaient des relations avec les autres élèves, les enfants pouvant être intraitables entre eux.

 

Combien de personnes m’ont-elles aussi confié avoir vécu des abus (physiques ou psychiques) de la part de leurs frères et sœurs ? Ou peut-être portent-ils aussi une culpabilité, avec le recul, d’en avoir fait subir ?

 

Toutes ces mémoires peuvent laisser des traces de culpabilité (de la victime ou du bourreau) qui assombrissent la confiance en soi et en sa propre capacité d’établir des relations.

 

Les rapports entre frères et soeurs sont aussi souvent teintés de jalousie (des grands vers les petits ) ou d'envie (des petits vers les grands), système que nous pouvons avoir tendance à recréer dans nos relations individuelles et de groupe.

 

Parfois aussi, la culpabilité vient d’une naissance suivant un frère ou une sœur décédés intra-utérin, à la naissance ou dans l’enfance.

 

Difficile de rentrer dans la maîtrise en portant une culpabilité car elle agit comme un aimant attirant les manipulations en tout genre et empêche de se positionner de part le fait qu’elle cache la colère initiale de la petite enfance.

 

Les fêtes de Noël lorsqu’on les passe en famille sont toujours un excellent baromètre de là où on en est avec nos parents intérieurs !

 

Une occasion en or pour l’inspecteur Colombo que vous êtes de prendre conscience d’éventuelles blessures résiduelles cachées derrière les fagots et retenant encore votre construction !

 

Autre sujet lié à cette Nouvelle Lune et déjà en cours à présent : le thème des abus liés à la spiritualité.

 

La maîtrise demande d’exercer notre discernement à cet endroit là où les faux gourous pullulent promettant des libérations instantanées pour certains, l’abondance illimitée pour d’autres ou encore l’accès à l’éveil.

 

Là encore le spectre est large associé à des prises de pouvoir plus ou moins conscientes et importantes.

 

La maîtrise, vers laquelle nous allons tous chacun à notre rythme, exige un discernement et nous invite parfois à « reculer  pour mieux sauter » plutôt que de tenter de prendre des raccourcis qui n’en sont en fait pas.

 

Le discernement dont je parle est loin de ces rapports anti-sectes écrits par des intellectuels du Ministère ne connaissant rien au domaine spirituel et rejetant tout en bloc, mettant toute leur énergie à essayer de se prouver qu’ils ne sont pas des êtres spirituels ! Là aussi compassion car cela doit être tout de même bien fatiguant quand on y pense de lutter contre sa nature profonde !

 

Il s’agit bien là de notre propre intuition et de l’écoute de notre tranquillité ou de notre non tranquillité intérieure lorsque nous nous plaçons sur tel ou tel chemin.

 

Le domaine du développement personnel ne peut se mettre dans des cases, chaque thérapeute, guide agissant telle ou telle méthode selon sa propre histoire et son éthique…

 

Le propre des personnes ayant vécu des abus et ne les ayant pas encore pleinement reconnus, c’est de continuer à s’abuser elles-mêmes sans s’en rendre compte de manière consciente.

 

La question alors à poser à leur inconscient pourrait être « dans quel domaine de ma vie est-ce que je continue à m’abuser moi-même et parfois les autres ? »

 

Se respecter donc en ne laissant plus de place aux abus en tout genre grâce à la transformation de notre culpabilité et oser envisager de nouvelles structures intérieures et extérieures qui servent notre vision et qui permette « au pionnier » en nous de pouvoir s’exprimer en toute sécurité.

 

L'entrée de Saturne en Sagittaire le 22 Décembre, qui y restera jusqu'en 2017, nous incite également au discernement en matière de spirituel et à aller rencontrer les aspects de nous qui ne sont pas totalement dans la foi.

 

Il pourrait soit nous faire rentrer dans des dogmes ou autres mouvement sectaires dans lesquels on s'accroche pour fuir la réalité et se rassurer où nous permettre d'intégrer notre foi dans notre quotidien.

 

Il est également en lien avec l'intégration de nos élans et forme aussi une invitation à faire des choix, Saturne représentant "l'essentiel" et le Sagittaire étant un signe de reliance et d'ouverture, pouvant parfois nous amener à l'éparpillement. 

 

La bonne nouvelle quand-même c'est qu'il quitte le Scorpion pour n'y faire qu'un petit retour furtif en 2015 ce qui va nous faire sortir un peu de nos caves !

 

La période actuelle peut vous faire rencontrer des résistances extérieures, sortes d'autorité, semblant vouloir prendre un malin plaisir à stopper vos élans et je vous invite si c'est le cas à aller rencontrer ces résistances en vous.

 

La Nouvelle Lune pourrait apporter une nouvelle vision permettant d'intégrer une plus grande notion de la réalité dans votre déploiement.

 

Reliée à Neptune elle pourrait aussi favoriser l'ouverture du coeur et le pardon.

 

Pour revenir à cette Nouvelle Lune, le signe du Capricorne (avec Cinq planètes lors de cette Nouvelle Lune) est aussi un signe de recueillement nous invitant à la pratique de la méditation ou de toute autre pratique de recueillement qui convienne à notre personnalité et à notre âme.

 

Je vous souhaite de belles fêtes de fin d'année dans ce recueillement propre à l'hiver !


Je souhaitais aussi rajouter comme encouragement pour ceux qui auraient tendance à vouloir s'accrocher à l'enfance que "grandir" a été pour moi l'expérience la plus joyeuse que je n'ai jamais vécue, permettant par là même à mon enfant intérieur d'avoir la sécurité pour s'épanouir.

 

Yallah !

 

Ariane


Aspects astrologiques sélectionnés :

 

Nouvelle Lune en Capricorne conjoint Mercure Vénus Pluton carré Uranus Noeud Sud en Bélier en maison 3 pour la France, trigone Jupiter rétrograde en Lion, sextile neptune

 

Mars en Verseau opposé Jupiter rétrograde en Lion


Jupiter rétrograde en lion carré Saturne en Scorpion


Lune Noire en Vierge conjoint Jupiter rétrograde en Lion


Saturne entre en Sagittaire le 22 Décembre


Nouvelle Lune dans la maison 3 (pour le France)

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Sabina (vendredi, 19 décembre 2014 01:43)

    Merci mille fois pour ce bulletin qui résonne ;)
    bisous!
    Sabi

  • #2

    Marlène (vendredi, 19 décembre 2014 12:13)

    Merci belle Ariane pour ce bulletin tellement riche d'informations sur ce qui peut être vécu à l'intérieur en ce moment. Merci de nous le partager avec générosité et bienveillance. J'habite près de Lyon et j'ai compris que la "fête des lumières" est en fait une invitation à "faîtes des lumières", c'est à dire soyons les lumières que nous voulons voir éclairer le monde. Pour cela, retrouver l'essentiel, faire des choix. Etre radicale dans ses choix pour ne plus se laisser happer, disperser ou distraire par de nouvelles propositions. Grandir dans la joie, l'amour et la paix. Voilà mes vœux pour chacun d'entre nous pour cette fin d'année. Que chaque poussière d'étoile que nous sommes puisse offrir la meilleure version de Soi-même. De tout mon amour, de toute ma lumière, merci.

  • #3

    Laetitia JM DUTKO (vendredi, 19 décembre 2014 13:34)

    Merci à vous pour l'article et son écriture pleine d'humanisme...

  • #4

    claudia (samedi, 20 décembre 2014 12:55)

    Quel bonheur de te lire Ariane
    merci infiniment

  • #5

    mélanie (lundi, 22 décembre 2014 21:44)

    c'est tellement tout ça!