top of page

Eclipse pénombrale de lune du 5 Juillet : quitter le tragique pour honorer la sève de l'élan de vie


Cette Pleine Lune « éclipse de lune » dans l’axe Cancer / Capricorne est comme une invitation de « reboot » depuis l’énergie du Soi.


L’axe Cancer /Capricorne est un axe « familial » en rapport avec nos racines, symbolisées par la fonction maternelle, et notre direction de vie symbolisée par la fonction paternelle.


Ici la Lune est en Capricorne donc en exil (le besoin lunaire de cocon n’est pas à l’aise dans ce signe austère). et conjointe au Noeud Sud (mémoires passées) elle nous invite à quitter la croyance en une « chute » de l’enveloppement maternel.


Car si manque d’enveloppement il y a eu, nous pouvons retrouver cette mère bienveillante et maternelle dans le féminin guérisseur du Soi (Amma, la Vierge Marie, en sont des figures représentatrices) et ce féminin apparait dans les rêves au fur et à mesure de notre guérison intérieure.

On dit aussi que le signe du Cancer est la porte de l'homme et celle du Capricorne celle des Dieux.


On pourrait d'ailleurs se demander si cette vision n'est pas encore portée par la vision d'une spiritualité plus masculine que féminine, à méditer:-)


Quitter le tragique de la dureté de la vie de nos mères et de nos ancêtres au sens large - Valoriser le sensible, quitter « la femme forte » et « Guérir de l’homme fort » (expression que Pierre Trigano utilise en parlant de la guérison progressive de Carl Jung) (1)


Une invitation donc à quitter toutes les suradaptations que nous nous affligeons car nous n’avons pas perçu l’enveloppement du divin de part le fait des différentes coupures et autres maltraitances que nous avons vécues.


C’est vrai, nos ancêtres en ont bavé et ont intégré dans leurs cellules le mensonge qui consistait à voir le monde comme hostile, malveillant et dangereux. Un monde insécurisant dans lequel on n’avait d’autres choix que de se sur adapter. Un monde dans lequel « l’homme est un loup pour l’homme ».


L’achétype du masculin en inflation (2) s’est vécu dans l’histoire à travers des hommes et des femmes qui ont violé, maltraité, manipulé, intrusé la féminité…


Il nous empêche de nous épanouir en nous mettant la pression. J'ai composé une chanson il y a longtemps maintenant qui a une tonalité particulière au regard de mes autres chansons et qui traite de ce masculin en inflation et de ses dégâts éventuels...Pour nous aider à nous laisser toucher par nous-mêmes....https://soundcloud.com/arianeclement/petit-paul

Et pourtant le Soi était là qui tentait déjà de montrer une autre voie possible, celle de l’union intérieure, de la relation et de l’ouverture à l’autre (véritable sens de la féminité)…


Nos mères ont souvent vécu leurs vies comme des mères plus que comme des femmes, déçues par leur vie de femme et reprochant à leur mari leur manque de présence et d'empathie, portant des frustrations énormes derrière leur sacrifice apparent et surinvestissant leurs enfants sans être pour autant vraiment présentes !


Aujourd’hui nous avons la possibilité de quitter ce tragique et ces croyances limitantes pour oser vivre notre féminité, notre sensibilité, pour quitter la détresse de nos mères, celle du féminin nié.

Les rêves des personnes qui ont cheminé dans la voie du Soi semblent en ce moment comme les pousser à oser quitter le tragique (parfois avec beaucoup d’humour d’ailleurs).

Et oui, il n’y a rien de glorieux à vivre le tragique !

Je me souviens enfant, quand j’étais dans ma joie, ma spontanéité et ma sensibilité, les gens dans ma famille disaient « sacré Ariane » avec un air mi incompréhensif, mi condescendant comme si il y avait une gloire à être « triste » « sérieux », éteint quoi !


Mais qu’est ce que la guérison sinon la joie, honorer la vie, louer la divinité et la beauté de la vie ?


Mère (3) qui a fait ce travail pour révéler le divin dans ses cellules en libérant le mental mensonger qui y résidait, avait un coeur d’enfant. Ça n’était pas une intellectuelle. Elle avait cette capacité d’abandon et de louange, cette capacité d’émerveillement…

C’est dans cette direction là que nous sommes invités à oeuvrer…


Si vous vous retrouvez en ce moment dans une insécurité du fait des récents évènements, posez-vous la question : et si cela pouvait m’ouvrir à autre chose, quelque chose que je n’aurais jamais osé faire si je n’y avais pas été poussé?


Il ne s’agit pas de « positiver » mais de comprendre depuis notre coeur la symbolique du Soi qui est à l’oeuvre…


Notre sensibilité elle aussi est invitée à « quitter le tragique » pour s’ouvrir à « honorer le beau ».


Observez une personne qui ne va pas bien et voyez comment elle s’est fermée à l’autre, à la divinité (sans jugement bien sûr car il y a aussi de cette personne en chacun et chaune d'entre nous).