• Ariane Clément

Eclipse partielle de Lune du 19/11 observer l’inconscient à travers le réel pour réintégrer l'ombre


Cette Pleine Lune est en fait une éclipse partielle de Lune, cela signifie qu’il peut y avoir une coupure avec des personnes ou des choses en lien avec cette symbolique lunaire. Nous pouvons être coupés d’êtres qui jouaient un rôle sécurisant pour nous ou nous retrouver dans une posture insécurisante.

Comme s’il nous fallait aller chercher cette sécurité plus profondément en nous ou plutôt devrais-je dire dans le Soi.

Trouver la sécurité au delà du tragique transmis par nos matrices

D’autant que la Lune éclipsée est en Taureau ce qui peut rajouter à cette coupure avec le principe nourricier de la vie.

C’est alors l’occasion pour nous de bâtir une foi qui ne soit plus basée sur un substitut de sécurité extérieure et aussi de quitter le tragique régressif lunaire.

Quelles sont les mémoires tragiques emmagasinées dans l’inconscient familial autour de l’argent, de la sensualité ou de l’incarnation ?

Comment réagit-on face à des synchronicités « négatives » ? Viennent-elle nous confirmer le tragique ; que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue ou choisit-on au contraire de voir la grâce qui accompagne toute épreuve ?

Parfois des secrets peuvent sortir lors des éclipses et c’est alors l’occasion de pouvoir assainir nos vies pour repartir sur de nouvelles bases.

Quitter le tragique ne se fait pas en plaquant sur la vie une forme de pensée positive magique car la pensée positive part d’une décision du moi alors que les synchronicités positives adviennent naturellement par le travail de ré-intégration des dimensions ombres de la psyché, travail opéré par le Soi dans nos rêves ou méditations et autres analyse symbolique du réel.

Le Soleil en Scorpion en face nous invite à plonger courageusement dans le bain de la transformation et Uranus et Mars viennent intensifier le côté explosif et parfois traumatique de la période

La période nous invite à rencontrer courageusement des éléments non transformés de l’inconscient familial en nous souvenant que si cet inconscient est le nôtre, nous l’avons épousé à la naissance et nous n’avons pas à nous sentir coupable lorsqu’il refait surface parfois de manière violente.

Par contre, il y a à prendre ces évènements extérieurs parfois percutants comme des éléments du « non encore transformé », éléments qui apparaissent parfois au moment où nous sommes prêts à lâcher.

C’est là que la travail de symbolisation est important pour prendre distance avec l’événement ou avec la personne qui vient nous percuter et pouvoir comprendre ce que nous avons à lâcher sans entrer dans la colère, la justification ou l’accusation.


Accueillir l’autre est la base du travail avec les rêves car tout ce que l’on n’accueille pas se présente à l’extérieur sous forme de destin.

Alors lorsque nous avons une altercation avec une personne il est très important de l’accueillir comme une dimension de l’inconscient en souffrance, ce qui ne signifie pas lui donner raison ni la laisser faire bien sûr, Il s’agit d’un accueil depuis le coeur, une perception fine de ce qui cherche à se guérir en nous.

Lâcher la dictature du monde concret pour entrer dans la confiance en le monde subtil


Le risque pour chacun et chacune d’entre nous serait de rentrer dans un monde froid et fonctionnel qui serait coupé de la magie du monde subtil, un monde sans foi.


Cela menace nos couples, nos relations, enferme nos élans créateurs…

Nous pourrions parfois nous sentir obligés de rentrer dans tel ou tel cadre contraignant qui éteint notre âme.


C’est au contraire en continuant à croire aux miracles que nous devons avancer dans notre vie et les miracles viennent du coeur.

Ils viennent du fait que nous nous sentons profondément aimés et soutenus par l’univers bienveillant et pour cela il nous faut aussi voir que la grâce est là pour nous faire traverser les moments les plus difficiles de notre existence.

Le monde fonctionnel au contraire ne croit qu’en ce qu’il voit et ce qu’il connait déjà et nous laisse donc enfermés dans un monde sans grâce et sans temps pour aimer.

L’univers du monde du Scorpion dans sa dimension lumineuse est un monde de profondeur relationnelle, un monde dans lequel l’intime rends la vie plus intense, un monde d’alchimie entre le masculin et le féminin là où le monde fonctionnel ( monde du Taureau mal vécu) nie la féminité.


Dans sa dimension ombre les énergies du ce signe peuvent aussi nous rendre fusionnel, critique, prompt à chercher à transformer l’extérieur au lieu d’agir la transformation à l’intérieur.

Un tiraillement possible entre l’intime et la vie sociale

Le monde de la dualité nous fait croire qu’il nous faut choisir entre notre vie intime et notre vie sociale mais ceci n’est valable que lorsque « l’homme en inflation » domine notre existence.


Lorsque l’on s’ouvre à l’univers bienveillant en laissant le Soi unifier les différentes polarités en nous alors les deux plans peuvent se vivre sans s’exclure l’une l’autre.

En effet, notre créativité véritable nait d’une union intime entre le masculin et le féminin en nous et l’amour aussi…

Une réalisation professionnelle qui ne nous laisse aucun temps pour vivre ou pour aimer a comme point de départ une dynamique de compensation de blessures.

Ré-intégrer les figures d’ombre en colère

Mars et Uranus en opposition et reliés à la Pleine Lune peuvent faire émerger une colère émergeant de l’ombre refoulée.


Plus la colère a été niée et plus le modèle de perfection obligatoire est manichéen et oppressant, plus cette même colère gronde dans l’inconscient créant tour à tout somatisations ou agressions extérieures.

Le contexte actuel lié à la pandémie ne fait qu’accentuer l’émergence de cette colère.

La sagesse du Soi nous invite à harmoniser les contraires.

Certains adultes se sont développés sur le modèle de la persona familiale, d’autres sur le modèle de l’ombre.

Les deux sont enfermants car la persona nous place dans une sur adaptation au modèle tandis que l’ombre nous enferme dans un monde du « contre » un monde de colère et la persona est toujours présente, souvent projetée sur des figures d’autorité.


Ressentir vibratoirement le réel


Mère et Sri Aurobindo nous parlent du mensonge des cellules, un mensonge fait de tragique qui a recouvert la véritable matière divine dont sont faites ces cellules.

Le signe du Scorpion peut faire ressurgir en nous des évènements faisant émerger des angoisses profondes et c’est à ce moment là qu’il faut faire la différence entre le réel qui est l’amour et la joie, et les angoisses.

Prenez le temps de vous installer derrière le coeur et laissez se diffuser la vastitude de votre être psychique. Puis, depuis cet espace vous pouvez écouter le tragique des cellules sur tel ou tel sujet ou en rapport avec une douleur, écouter avec compassion comme une mère avec son enfant. Toutefois cela ne suffit pas il faut ensuite pouvoir ré-informer la cellule sur ce qui est réel et ce non pas depuis votre mental mais depuis cet être psychique à l’arrière du coeur.


Je précise que cette méditation est une simplification d'un enseignement reçu par Pierre Trigano, enseignement tiré des recherches de Mère et Sri Aurobindo.

Je terminerais par un extrait du texte d’une chanson de guérison écrite récemment intitulée « Je rentre dans les eaux chaudes »

« Je rentre dans les eaux chaudes, là où le froid ne me rejoint pas

Là où est la conscience la joie

Là où je ne te crois plus (*)

Là où tu es bienvenu pour guérir

Entrons dans le flux de la vie, dans le réel inhabituel entrons dans l’existence, entrons dans la transe »…

(*) je m’adresse ici à l’homme menaçant de ma psyché, qui au cours d’une analyse de rêve doit laisser la place à l’Animus positif dans la psyché des femmes et qui peut ressurgir parfois : l’Animus négatif, figure d’homme intérieur héritée des hommes de notre lignée et de l’Animus de nos ancêtres femmes…


Une période intense donc lors de laquelle il est important de rester dans la tendresse pour nous-mêmes et de ne pas nourrir la colère qui nous éloigne chaque jour un peu plus de la grâce, une période qui nous pousse à contacter ce réel de manière accélérée.


Avec le coeur

Ariane

.

529 vues0 commentaire