• Ariane Clément

Nouvelle Lune en Bélier du 24 Mars : guérir du surcroît de « Yang » - initier du nouveau


Alors que nous savions que le mois de Mars promettait d’être explosif, nous étions encore loin d’imaginer l’épreuve qui nous attendait…

La triple conjonction Jupiter Saturne Pluton avait préparé le terrain d’un changement de structure planétaire et à l’intérieur de nous et Mars est venu mettre le feu aux poudres…

Le Nœud Nord en Cancer nous invitait à revenir à nous, à notre intériorité, le Nœud Sud en Capricorne à lâcher nos « loyautés » extérieures pour entrer dans une véritable intégrité…

Les énergies Poissons nous ont obligés à lâcher avec ou contre notre gré, à nous ouvrir au fait que ça n’est pas nous qui décidons au final…

Chacun réagit à sa façon à cette transition planétaire…Cette fois-ci nous ne pouvons en tous cas plus l’éviter…

Toutes mes pensées du cœur vont vers les êtres endeuillés par cette pandémie ainsi qu’à toutes les équipes soignantes et à tous ceux qui travaillent à l’extérieur pour servir les autres…

Une nouvelle Lune nous invitant à trouver un mode d’action différent, plus personnel

Nous vivons dans une société encore trop basée sur le « Yang », sur l’extériorité.

L’action et les résultats sont encore trop valorisés au détriment d’une présence à nous-mêmes.

Cette Nouvelle Lune se faisant conjointe à Chiron et à la Lune Noire, en tension aux Nœuds Lunaires, il semble que nous soyons plus que fortement invités à trouver une action qui soit plus personnelle, plus en lien avec notre être profond et moins avec les modèles de perfection obligatoires et souvent inconscients dans lesquels nous avons grandis (la Persona).

Nous avions été si loin dans l’absurde qu’il nous était presque impossible d’imaginer enrayer cette machine capitaliste qui s’emballait toute seule et qui représentait un véritable danger pour la planète et pour notre vie.

Coup d’arrêt. Nous y sommes. Les poumons de la planète respirent enfin...La machine capitaliste est obligée à l'arrêt.

Nous sommes chacun et chacune invités à guérir de notre suractivité « yang » pour entrer dans une action au service de la féminité, de l’ouverture à l’autre, de la vie…

Une action qui n’entrave pas notre respiration par le stress, cette colère moderne…

Une action qui honore notre âme et notre planète…

Une Nouvelle Lune nous invitant à aller transformer les énergies de colère et de frustration

La colère provient d’expériences où nous avons été mis en lien avec l’archétype de l’inflation (*) à travers nos parents ou des personnes qui ont pris pouvoir sur nous.

Elle pourrait nous placer dans un sentiment d’injustice face aux évènements, nous empêchant alors de faire corps avec ce qui est à vivre.

Les déplacements étant limités, cette colère pourrait être décuplée si nous utilisions auparavant le sport comme voie de défoulement.

Si la colère est l’émotion qui protège d’autres émotions plus profondes alors une piste serait d’écouter ce qu’elle protège…

Si au contraire cette colère n’a jamais été reconnue alors peut-être serait-il temps de le faire…

La reconnaître et l’écouter depuis un espace vaste en nous…La laisser fondre dans la sollicitude profonde de la divinité en nous…Comme si nous étions une mère enveloppante pour nous même.

Cette colère a pu aussi avoir un rôle « anti-effondrement » face à la menace dépressive qui rodait dans l’inconscient familiale.

Alors c’est cette peur de l’effondrement qu’il nous faudra écouter…depuis cet espace vibratoire derrière votre cœur qui va rejoindre les cellules concernées…

Une Nouvelle Lune qui nous invite à oser de nouvelles voies de transmissions en rapport avec la guérison

Avant le confinement, j’ai eu l’impression de vivre une sorte de période préparatoire de descente accélérée qui m’a donné des outils supplémentaires pour m’intérioriser, m’accompagner et accompagner au mieux pendant cette période…

Chiron, le guérisseur, est conjoint à cette Nouvelle Lune et pourrait nous amener encore vers de nouveaux chemins au service de la guérison…

Avec autant de planètes en terre par ailleurs, sans doute nous faudra-t-il continuer à guérir de notre incarnation en osant encore plus le lien avec notre divinité, ce qui pourrait sembler paradoxal à certains.

Et c’est pourtant en laissant l’énergie de guérison (l’énergie supramentale dont parle « Mère » et Sri Aurobindo) descendre dans chacune de nos cellules que nous pourrons transformer notre présence au monde et nos croyances profondes…nos peurs et autres résistances à la joie de l’âme.

Laissons pleurer ce qui doit pleurer, acceptons la chute de « l’inflation » en nous et de la volonté de contrôle de notre ego

Mercure rejoindra Neptune entre le 3 et le 4 Avril et sans doute que ces eaux des Poissons nous inviteront encore à pleurer ce qui doit pleurer en nous pour nous ouvrir encore plus à une communion subtile et profonde avec le plus vaste, à une communication poétique avec la vie…

Si je parle souvent dans mes derniers articles de « l’inflation », c’est parce que cette compensation archétypale du masculin est la base même du système capitalisme dans lequel nous avons grandis.

L’inflation du masculin ne crée pas non seulement des viols, de la maltraitance ou des traders, elle loge dans nos inconscients comme compensation de tout ce que nous n’avons pas pleuré, de nos hontes, impuissances et insuffisances et celles de nos parents…

Elle fait taire la beauté de la féminité en la réduisant en une image stéréotypée et nous empêche de développer un lien intime avec le Soi, avec la puissance de vie.

Dans le milieu spirituel, cette inflation peut prendre la tournure d’inflation spirituelle plus discrète mais tout autant présente...

Les rêves nous ramènent à l’origine de ces compensations pour que nous puissions les lâcher dans les bras de la puissance de vie (**).

Une crise de foi

Sans faire de mauvais jeu de mot…

Que reste-t-il quand vous ne pouvez plus rien contrôler, quand les médias ne vous annoncent que des mauvaises nouvelles ?

L’espace intérieur…

La douceur de ce lieu vibratoire. La présence intime avec la puissance de vie qui devient alors si réelle à mesure que les émotions fondent à l’intérieur…

Oser voir au delà, oser symboliser ce « Corona ».

L’ombre du système rationnel dans lequel nous vivons n’est-elle pas justement les dimensions du cœur et de la couronne, le lien avec le cœur et avec le plus vaste ?

Je précise que l’ombre au sens Jungien n’est pas négative en soi, elle représente ce que la persona, modèle de perfection obligatoire, refoule dans l’inconscient et ne permet pas de vivre.

N’est-ce pas cette dimension qui se présente à nous de manière aussi criante ? Une invitation à ouvrir notre cœur à plus de solidarité et à approfondir notre lien à la puissance de vie.

Saturne vient de passer en Verseau et même s’il fera un retour en Capricorne de Juillet à Décembre, c’est bien d’un nouveau monde dont nous pouvons commencer à rêver...

Je ne peux que vous conseiller le lire ce livre prophétique « Et le capitalisme tombera » de Pierre Trigano, kabbaliste et Jungien, basé sur l’interprétation du livre de l’apocalypse de Jean, qui aurait été écrit pour notre époque. Une piste inspirée pour comprendre et accompagner ce mouvement vers un peuple « arc en ciel », un peuple solidaire et dans l’ouverture au féminin…

Une crise comme un pont vers la compassion et la sollicitude

Une des épreuves que j’ai du traverser depuis ma découverte du monde spirituel en 2000 a été de ne pas pouvoir partager ma vision spirituelle avec tout le monde.

Pourtant, j’ai pu voir que chaque fois que je faisais du forcing, du prosélitisme, c’est à moi que je parlais, à des résidus cellulaires qui n’avaient pas la foi en moi…

Alors j’ai écouté et j’écoute encore ce mental de mes cellules, cet enfant intérieur, ces croyances de ma lignée qui pourraient douter…et l’espace intérieur devient plus vaste encore.

J’ai appris à écouter avec enveloppement plutôt qu’à dire des mots qui seraient rejetés par l’autre car en dehors de son système de croyance.

J’ai appris à voir qu’au delà des concepts et des croyances, l’énergie du cœur primait sur le reste…

Etre en lien avec l’autre c’est aussi de pas lui imposer notre vision mais plutôt la partager depuis l’espace du cœur. C’est plus écologique pour nous et pour l’autre.

Pourtant, parfois je peux ressentir de la tristesse devant l’hypra-rationalisme qui règne encore dans nos sociétés. Je peux douter que la forte interpellation du Soi que nous vivons en ce moment ne soit pas entendue.

Alors je laisse fondre cette tristesse dans la marée vibratoire de la puissance de vie en moi et je continue ma route, encore plus entièrement portée par l’espoir d’un monde plus juste, un monde moins pollué, un monde plus solidaire, cet espoir qui vient du fait que je ressente déjà ce monde en moi, et, alors…tout cela n’aura pas servi à rien…

Je ressens l’élan de partager avec vous ci-dessous le texte de ma chanson « Noces cosmique » écrite déjà il y a quelques années…

Avec présence, depuis mon humanité à la fois vulnérable et habitée par la présence de la puissance de vie.

(*)le masculin en inflation est une compensation d’expériences de souffrance, qui prends le pouvoir dans nos psychés ou à travers les actes de pouvoir d'autres personnes sur nous et qui nous coupe du plus vaste


(*) j’utilise tour à tous les termes de « puissance de vie », « divinité » ou « Le Soi » pour parler de cette force qui nous dépasse et afin que chacun puisse trouver le terme qui lui convienne

Noces cosmiques / Ariane CLEMENT


Il neige en été Des pétales de rose argenté Les cheveux couronnés Me voilà parée

Une farandole de bijoux Me couvrent des pieds jusqu’au cou Le temps de mon sacre est venu Celui où je ne peine plus

Mon corps allongé Dans un bain de musc et d’orchidées Mille et une marées Viennent me transporter

Ailleurs Dans un univers de douceur Ici Dans les couloirs de la vie Les heures s’allongent Je vis enfin mes songes

Ma vie est un rêve éveillé Une histoire de princesse ailée Et cette petite chaîne à ma cheville Me rappelle qu’en moi une étoile brille

Un soleil poudré Vient se poser sur nos baisers Tes yeux étoilés Prennent des reflets dorés Une caravelle de papillons Se déploie autour du lagon Leurs ailes battent le tempo D’un air qui suit le fil de l’eau

Un dauphin zélé Se faufile vers moi pour m’inviter Dans une danse ondulée Qui vient m’attirer

Ailleurs Dans un univers de douceur Ici Dans les couloirs de la vie Les heures s’allongent Je vis enfin mes songes

Ma vie est un rêve éveillé Une histoire de princesse ailée Et cette petite chaîne à ma cheville Me rappelle qu’en moi une étoile brille

Dans mes nuits des oiseaux s’envolent Pour migrer vers de nouvelles contrées Là où j’aime devenir folle D’aimer…


Dans la période de transition planétaire que nous traversons, il est bon d'imaginer un monde futur, peut-être déjà présent en certains d'entre nous ou à certains moments, un monde d'union intérieure e

  • Google Play Social Icône
  • iTunes sociale Icône
  • Amazon Icône sociale
  • Spotify Icône sociale
  • Deezer sociale Icône
  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • TIC Tac