• Ariane Clément

Pleine Lune du 17 Juin dans l’axe Gémeaux/Sagittaire : libérer ce qui entrave le partage

Mis à jour : 17 juin 2019


Photo Alla Simacheva sur Shutterstock


L’intensité de cette période est incroyable et tout semble démultiplié : les expériences de joie et de grâce et les expériences plus difficiles.


Nous sommes invités même dans les plus intenses des passages à maintenir une vision de compréhension profonde de la « grâce » qui se cache derrière l’apparence traumatisante.


Cela ne signifie pas qu’il faille nier l’émotion mais au contraire nous laisser traverser par elle comme par un flux guérisseur que seule l’expérience unique que nous venons de vivre permettrait de nous faire toucher.



Partager depuis l’espace du cœur ou partager pour être reconnu ?


Avons-nous pu nous reconnaître suffisamment pour pouvoir écouter l’autre vraiment ou sommes-nous encore en train d’essayer de prouver quelque chose?


Pouvons-nous nous laisser traverser par la grâce à travers nos échanges et nous laisser toucher par l’essentiel de l’autre ou sommes-nous encore trop pris par nos croyances ou notre besoin d’être reconnu ?


Car il faut bien reconnaître que ces histoires de reconnaissance peuvent nous amener loin en arrière et même cacher des angoisses reliées à la peur de ne pas exister !



Accueillir nos impuissances, nos angoisses profondes et celles de nos ancêtres


L’opposition de Mars et Mercure à Saturne r, Pluton r et au Nœud Sud est une sorte de cocktail Molotov pouvant nous faire revivre des angoisses anciennes et profondes notamment des angoisses liées à la destruction, à l’anéantissement et à la persécution (ces deux dernières faisant partie des angoisses psychotiques issues de mémoires transgénérationnelles de la vie-intra-utérine et de la naissance).


Nous sommes donc dans l’archaïque et dans la peur de ne plus exister !


Il est certain que tout cela peut être totalement inconscient en nous et cette période pourrait les faire ressortir pour aider à les guérir.


Voici quelques exemples de manifestations extérieures de ces angoisses :

  • Couper la parole sans cesse, ne laisser aucune place à l’autre

  • Avoir besoin d’avoir raison

  • Avoir peur des représailles et que quelqu’un monte les autres contre vous

  • Etre particulièrement angoissé suite à un rejet…

En prendre conscience est déjà énorme et les traverser requiert un lien thérapeutique stable et « secure » ou une grande capacité à nous relier à un espace vaste et sécurisant en nous.


Nous sommes aussi invités à nous laisser traverser par les impuissances de nos ancêtres ou tout simplement de nos parents car nous pourrions bien avoir épousé leurs colères et leurs impuissances sans même nous en rendre compte !


Je précise que nous laisser traverser par des émotions demande une précision et une part "secure" et enveloppante car il faut qu’une partie de nous puisse écouter et se laisser toucher par l’autre, en sachant ce qu'elle écoute !



Accepter de vivre avec intensité les projections que nous avons faites sur le plus vaste


Enfin, il me semble important aussi de nous donner le droit d’être en colère contre le Soi, la puissance de vie, le divin car même si nous savons (pour la plupart d’entre nous) que c’est une projection, il n’en reste pas moins que nous avons pu plaquer nos impuissances d’enfant sur le divin (même sans le vouloir).


Pour accepter vraiment notre contrat d’incarnation, nous ne pouvons pas le faire intellectuellement ! Celui-ci, à mon sens, ne peut se révéler qu’en nous laissant traverser par nos révoltes et nos tristesses



Sortir de la solitude, oser partager et accepter notre mode de partage


Oser partager nécessite à la fois d’avoir traversé les angoisses que nous avons vécues dans le lien à l’autre et nous connaître suffisamment pour savoir comment nous avons besoin de partager.


Sommes-nous introvertis (ce qui ne signifie pas non sociable mais « je prends l’énergie quand je suis seul), extravertis, hyper sensibles ou non ?


Nous avons tous un mode à nous, unique, qui nous convienne et pouvoir l’assumer est une vraie libération.


Les hyper sensibles par exemple sont sursaturés quand il y a trop de monde trop longtemps mais peuvent partager dans des petits groupes ou à travers l’écriture ou les voies artistiques.


Certains sont des organisateurs nés, conçus pour animer de gros groupes et se sentent stimulés quand il en est ainsi.



Partager depuis l’espace du cœur et depuis une tendresse infinie pour nos illusions et celles des autres


Chacun s’est construit comme il a pu et parfois nous nous sommes construits sur des fuites du réel.


Plus nous sommes ancrés dans une réalité authentique, plus nous pourrons accepter de voir les fuites en l’autre sans avoir besoin de lui pointer, avec cette tendresse pour les nôtres encore présentes ou que nous avons traversées.


Nous connecter à l’essentiel de l’autre sans jugement mais avec discernement afin de pouvoir évaluer aussi le niveau d’engagement juste dans telle ou telle relation et à tel ou tel moment…


Cesser de nous trahir en allant chercher la sécurité à l’extérieur de nous et accepter de nous rejoindre en profondeur en dehors de toute comparaison depuis cet espace vaste et vibrant que nous pouvons goûter en nous, même quand nous sommes face à l’autre…


Oser alors partager notre essentiel aux autres sans comparaison, dans la tranquillité d’un enfant qui serait porté par le Soi…


Et un petit ajout de dernière minute : Cette Pleine Lune semble inviter très fortement les plus sensibles d’entre nous à reconnaître et protéger la grâce de leur hyper sensibilité et les plus novateurs à oser vivre leur génie créateur sans attendre qu’il soit pré-accepté !!!...✨💕

  • Deezer sociale Icône
  • iTunes sociale Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram
  • Facebook Social Icône