top of page

Archétype de Neptune : du refus de l'incarnation à une reliance subtile et inspirée


Neptune la grande inspiratrice


Lorsque l’on parle de Neptune, on est pris par de belles envolées lyriques avec des difficultés à trouver des mots pour décrire cet archétype.


C’est que Neptune ne se laisse pas facilement définir puisqu’elle représente justement la non séparation entre les êtres, l’illimité. Son Dieu tutélaire est Poséidon, Dieu des mers mais aussi des tremblements de terre et des sources. Elle est en domicile dans le signe des Poissons et est le deuxième maître du signe du Sagittaire.


Lorsque la planète est valorisée dans notre thème elle nous donne accès au monde sans limite de la musique, aux ressentis subtils ou à des envolées de compassion.


Pourtant son ombre est moins connue.


Je rappelle ici que chaque archétype est « parfait en soi » mais que nous devons le vider des représentations que nous avons plaquées sur lui suite à la plongée dans notre matrice familiale, transgénérationnelle et de l’inconscient collectif présent lors de notre arrivée sur terre !


Il est important aussi qu’un archétype unique ne se prenne pas pour le Soi !


Saturne, la nécessaire différenciation pour bien vivre Neptune


Tant que Saturne, planète reliée à l’archétype de la différenciation (fonction symbolique paternelle qui aide à couper avec la part toxique de la matrice) et de l’acceptation de la loi n’a pas été intégrée,

Neptune peut nous amener vers de grandes illusions.


Les planètes trans-saturniennes (Uranus, Neptune, Pluton) dictent leur loi tant que Saturne n’a pas été intégré.


Saturne est la loi psychique qui nous dit qu’il y a du « deux » : l’autre n’est pas moi et je ne peux donc pas fusionner avec lui ou lui imposer mon dogme voire lui demander de me sauver comme si c’était un dû !


L’autre a son territoire physique et psychique, sa manière de voir les choses et de vivre sa spiritualité (ou pas), sa manière de manger et ça n’est pas forcément la mienne !


L’archétype dogmatique et sacrificiel de Neptune


Neptune mal vécue est la porte ouverte aux dogmes religieux et à tout système qui nous demande de mettre de côté notre partie terrestre au profit d’une réalité « pseudo-spirituelle ».


En faisant cela, et avec la meilleure intention du monde, nous pouvons confondre Neptune avec le Soi (le divin). Nous pouvons plaquer notre matrice familiale (qui nous a peut-être demandé de nous sacrifier enfant) sur le Soi en pensant « bien faire ».


Neptune nous pousse alors à une recherche de perfection et d’abnégation pour compenser le fait qu’au fond, nous nous sentons être une mauvaise personne.


Il ne nous permet pas alors de vivre une vie terrestre réjouissante car il nous place en sauveur de la planète pour racheter une éventuelle faute que nous aurions commise (reliquats de la menace judéo-chrétienne du pêché originel).


Neptune a besoin de Saturne (il y a du deux) et de Pluton (la Planète qui vient juste après, le grand psychanalyste du thème), pour pouvoir être vécue de manière écologique pour soi et pour les autres.


Car si l’archétype de Neptune (non vidé de des représentations que nous avons plaquées sur lui) nous empêche d’écouter nos besoins (dans un carré Lune Neptune) par exemple, nous aurons du mal à comprendre que les autres écoutent les leurs ou refusent de nous aider sur tel ou tel point alors que nous nous sacrifions pour eux par exemple !


Nous pourrons alors créer une sorte d’obligation inconsciente chez les personnes autour de nous, surtout si elles-mêmes ont du mal à se différencier !


Je vois souvent en thérapie des personnes ayant eu des mères sacrificielles, (se servant pas là même de leurs enfants pour justifier leur fuite de la vie), avoir des difficultés à vivre leur vie car se sentant obligés de porter leur mère qui s’est "tant sacrifiée" pour eux !


Elever un enfant ainsi c’est le rendre dépendant du premier manipulateur venu qui jouera avec son sentiment de culpabilité…


Une autre ombre de Neptune, lorsqu'elle est mal vécue peut être liée aux problématiques de perversion, notamment sexuelles. Si je me prends pour Dieu, ou si je ne valorise que « le céleste » la partie de moi terrestre qui n’a pas été écoutée va prendre le pouvoir, nous en voyons aujourd’hui dans l’extrême les graves conséquences dans l’église avec les histoires de pédophilie qui éclosent à tout va.


Neptune peut également nous faire fuir des situations plutôt que de les affronter, là aussi en ne tenant pas compte de l’autre en face qui, lui, est resté en lien.


Neptune et les intuitions diffuses mais pas toujours cadrées