La Lune et Vénus en signe et éléments : clés pour mieux vivre notre féminité...

Dernière mise à jour : 6 oct. 2020



Les archétypes de la Lune et de Vénus dans l’astrologie Jungienne


Lorsqu’on parle de féminité dans la vision Jungienne on inclut aussi les hommes à travers leur Anima (archétype du féminin dans la psyché des hommes).


Lorsque je ferai référence aux archétypes de la Lune et de Vénus en éléments, je parlerai du type de femme que l’on est invité à être et pour les hommes il s’agira donc de leur féminité intérieure mais aussi du type de partenaire vers laquelle ou lequel ils pourront être attirés.


La lune va parler de notre sensibilité, de notre corps et de nos émotions.

Les rêves qui révèlent la dynamique de notre inconscient sont en lien avec la lune.


Elle peut parler de l’ambiance familiale dans laquelle nous avons baigné (ainsi que de l’ambiance intra-utérine) et de nos besoins profonds.


Elle peut également révéler des choses au sujet de notre mère comme de l’Anima (féminité) de la lignée du père.

Elle est également en rapport avec notre manière de nous nourrir, qui a d’ailleurs un rapport direct avec nos émotions.

Elle exprime les qualités de notre mère intérieure et la manière dont nous pouvons prendre soin de nous.

Elle parle aussi des besoins liés à notre rythme et la manière dont nous aimons vivre notre quotidien.

Elle est en domicile en Cancer et en exaltation en Taureau.


Son domicile ésotérique est la Vierge.


Dans la Kabbale, la Lune est reliée à Yesod qui se situe quasiment en bas de l’arbre des Séphiroths au niveau du sexe et nous parle de notre communication profonde (avec l’autre, avec soi et avec le divin). Nous sommes ici loin des vision éthérées d’une reliance céleste « hors du corps :-))


Dans les rêves cette union avec le Soi, avec la divinité donc, se vit dans la chambre, c’est à dire depuis notre profonde intimité.

Nous couper de notre dimension lunaire c’est donc empêcher ce lien intime avec le Soi

Vénus nous parle de notre manière d’envisager la relation de notre rapport au beau, à l’art et à la sensualité, de la valeur que l’on s’accorde, de notre pouvoir d’attraction permettant de laisser venir les choses à nous.


Elle est aussi en lien avec notre capacité de plaisir, avec notre manière d’exprimer l’amour et parle de la façon dont les blessures affectives agissent sur notre sentiment de valeur.


Elle est en domicile en Taureau et en Balance et elle est exaltée en Poissons.

Son domicile ésotérique est le signe des Gémeaux


Selon la Kabbale, dans l’arbre des Séphiroths, Vénus est en lien avec Netsah qui représente la victoire, la réalisation, les énergies qui sont à la disposition d’un individu pour se réaliser.

C’est le centre en bas à droite au niveau de la hanche, qui régit aussi la jambe droite et le pied droit.

Les couples Lune/Soleil / Mars/Vénus


Selon l’environnement dans lequel nous avons grandi, nous allons avoir tendance à valoriser plus notre Soleil que notre Lune et vice et versa, idem pour le couple Mars (je vais chercher je m’affirme, je combats) et Vénus (je laisse venir et j’honore la relation).


La société actuelle, fort dominée par l’inflation du masculin (archétype en nous qui compense nos blessures, notre déflation), va avoir tendance à nous tourner vers notre rayonnement solaire en nous éloignant de nos besoins fondamentaux lunaires pour aller conquérir des espaces de la réalisation du moi.


Les désirs du moi conscient se coupent alors de la guidance du Soi, centre guérisseur de la psyché, qui lui au contraire cherche à nous pousser vers l’union harmonieuse des contraires et vers l’union alchimique du féminin et du masculin.


Seule une réalisation qui parte de l’union intérieure du masculin et du féminin pourra nous nourrir en profondeur.

Il arrive que notre signe solaire soit plus « flamboyant » que notre signe lunaire. Nous allons alors avoir tendance à zapper le signe lunaire au profit du signe solaire.

S’il est vrai que nous devons quitter le côté régressif de la Lune pour aller vers notre dimension solaire, il n’en reste pas moins que la Lune est ce qui permet de rendre la solarité accessible et vivable.


De même une suraccentuation du faire (Mars mal vécu) pourra être préjudiciable à nos relations (Vénus) et nous empêcher de vivre une sensualité nourrissante.

Nous pouvons aussi, à l’opposé, rester dans une régression lunaire, refusant les invitations de notre signe solaire.


Pour plus de facilité je parlerai « des planètes féminines et des planètes masculines en éléments» même s’il est bien évident que nous pouvons avoir la Lune et Vénus dans deux éléments différents.

Pourquoi est-il si urgent de libérer la féminité ?


Le masculin en inflation est l’archétype qui, dans l’inconscient collectif, nie la féminité, dans le sens de nier l’ouverture à l’autre, à la relation (chez les hommes et les femmes).


Il est très présent dans l’inconscient collectif et sévit grandement dans nos inconscients, tant qu’il n’a pas été transformé par le Soi.


Il est toujours une compensation à des blessures vécues dans l’enfance et dans notre lignée.

Une fois transformé il va pouvoir laisser notre véritable masculin épouser notre féminité.

Le véritable masculin n’est donc jamais étranger au féminin.


Il nous faut « guérir de l’homme fort » (expression utilisée par Pierre Trigano en parlant de la guérison de Jung).


Le véritable masculin relié à la féminité est celui qui pourrait nous aider à sortir de cette crise majeure que nous vivons en ce moment.


Encore faut-il que chacun et chacune d’entre nous accepte de quitter les « mirages » du « masculin en inflation »…

Les planètes féminines en éléments et les paires soli-lunaires possibles



Les planètes féminines en signe de feu


Ici le féminin a besoin de mouvement, de rayonnement et de se connecter à la dimension de l’intuition, du feu sacré…


Le féminin se pare d’enthousiasme, de confiance et d’Optimisme.


J’ai remarqué que les femmes que j’accompagne qui ont des planètes féminines en signes de feu aiment souvent danser (surtout avec Vénus en Bélier), comme si c’était à travers le mouvement qu’elles contactaient leur grâce.


Il peut y avoir un grand besoin de liberté et un côté sauvage fort développé (surtout en Sagittaire et Bélier).


Elles ont besoin de vivre leur spontanéité tout en calmant leur impatience.

Lorsque la Lune est en Bélier (signe dans lequel Mercure est régent ésotérique), il peut y avoir des intuitions immédiates sur les choses.


Le signe du Bélier étant en lien avec la tête, des migraines pourraient signifier ici que la personne a du mal à faire confiance à ce qui lui vient intuitivement.


Il y a un besoin de prendre le lead, des élans de pionniers (ères) et les défis lui permettent de canaliser son énergie.


La personne devra apprendre à sortir de sa vision unique et quitter un mode potentiellement défensif en écoutant les besoins des autres (apport du signe de la balance en face), tout en honorant ses élans.

Le besoin de mouvement et de faire du sport est important et les besoin sexuels sont souvent forts également.


Il lui faudra absolument éviter la routine qui pourrait créer de la frustration.


Si Saturne vient aspecter la Lune, elle aura à dépasser un jugement de l’archétype paternel sur la féminité dans son versant sensible.


La personne pourra alors vivre des frustrations sexuelles ou une sexualité qui ne trouve pas sa place dans sa relation amoureuse. Dans ce cas, il sera important qu’elle comprenne que son partenaire représente une figure de sa psyché à transformer, celle qui juge les élans personnels et l’intime.

Lorsque Vénus est en Bélier, elle se trouve « en exil ». Là où Vénus serait censée laisser venir à elle, le Bélier va donner à notre Vénus des airs de conquérante.


La femme est passionnée en amour, peut prendre des initiatives dans la relation et y apporter du piment.


Il lui faudra toutefois prendre garde à ne pas devenir castratrice et que ses élans soient une invitation à une vie pimentée plus qu’un rouleau compresseur qui broie le désir de l’autre !

Même si la planète est en exil il n’y a pour moi aucune fatalité. Si des difficultés amoureuses sont rencontrées c’est qu’il y a encore des archétypes qui font barrage dans la psyché.


Il faudra quitter la notion de compétition dans le couple pour entrer dans une relation de compagnonnage amoureux.

La grâce a besoin de se relier au mouvement ce qui donne souvent des élans pour la danse (danse spontanée, danse libre).

Lorsque la Lune est en Lion, nous entrons ici dans le royaume de l’élan créateur et du charisme.

Lorsque la Lune est bien aspectée, il peut y avoir une sensibilité emplie de générosité et d’élans spontanés venant d’un coeur d’enfant.

Lorsque la Lune est mal aspectée, il y a souvent un grand besoin d’être regardé(e) pour combler un manque de reconnaissance dans l’enfance.

Le besoin de reconnaissance important chez les signes de feu est ici exacerbé.


Les émotions peuvent être théâtrales et la susceptibilité provient ici du fait que la personnes peut ne pas se sentir « aussi au centre qu’elle penserait le devoir »

Cette Lune peut se vivre également à travers un sens exacerbé de la « grandiosité ».


Elle est au mieux lorsque la personne laisse spontanément émerger sa générosité et son amour sans rien attendre en retour.


Vénus en Lion a besoin se sentir rayonner son amour comme sa voix.

La personne peut être prolixe dans sa créativité à condition qu'elle la laisse se diffuser à travers elle sans avoir l'illusion qu'elle lui appartient.


Si Vénus est mal aspectée en natal, la personne pourra ne jamais se sentir assez aimée, jamais assez au centre de l'attention et cela peut créer des problématiques dans ses créations, la relation amoureuse n'étant utilisée que comme miroir narcissique.


Elle peut aussi s'enfermer dans un goût pour le luxe extrême.


Une fois que la personne accepte de laisser émaner le Soi à travers elle, l’émanation de cet amour peut se vivre à travers le théâtre et la créativité au sens large ou en étant leader dans un domaine, pas forcément en mode « mains dans le cambouis » comme en Bélier mais plutôt comme quelqu’un qui serait l’âme aimante et généreuse d’un mouvement.


Les tendance somatiques se vivent ici au niveau du coeur et nous parlent d’un appel vers une guérison de blessures d’amour.



Lorsque la lune est en Sagittaire, la personne se projette naturellement vers l’avant, vers le futur, la conscience, les voyages, tout ce qui peut la mettre en mouvement vers l’avant ou vers l’expansion.

Elle peut porter des visions prophétiques. Il peut y avoir un goût pour les chevaux et les grands espaces.

Souvent sportive, le mouvement est vital à son bien être.


Elle a besoin sans cesse de quitter la routine et voit sa vie comme une véritable aventure.

Les somatisations du signe en lien avec les hanches et les cuisses pourraient parler d’un blocage des élans.


Lorsque Vénus est en Sagittaire, nous avons à faire a quelqu’un qui a besoin de liberté pour aimer ou de tendre vers un but commun avec son partenaire.


Elle peut aimer des personnes qui lui sont étrangères soit de part leur origine raciale soit par leur origine sociale ou autre.


L’amour l’aide à grandir en conscience et ses créations participent à l’ouverture de conscience du monde.

Il faudra ici faire attention (dans les deux cas de la Lune et de Vénus en Sagittaire), à ne pas devenir une « femme Animus » et que ce feu ne soit pas castrateur pour le ou la compagne (on).

Les couples masculin / féminin possibles avec les planètes féminines en signe de feu


Si le Soleil ou Mars sont en signe d’eau, il y a à associer les élans fougueux de la féminité avec un masculin plus sensible.


Lorsque l’union intérieure est vécue, l’homme tendre dans la psyché de la femme pourra honorer la dimension énergique du féminin et ainsi l’aider à allier intuition, énergie et sensibilité.


L’homme porteur d’une telle configuration devra honorer son « féminin sauvage » sinon il risque de tomber sur des femmes dominatrices (ce que l’on ne vit pas est souvent vécu à l’extérieur de manière archétypale).


Si le Soleil et/ou Mars sont en signe d’air, nous aurons à faire à un couple intérieur favorisant l’alliance entre la pensée et l’intuition.

Le masculin intérieur aidera la femme à pouvoir vivre son intuition tout en restant dans une certaine prise de distance qui lui permettra de pouvoir échanger clairement avec les autres sur ses intuitions tout en écoutant objectivement les point de vue des autres.


Si le Soleil et /ou Mars sont aussi en signe de feu alors nous pourrons avoir à faire à une personne hyper énergique que personne n’arrive à suivre !

Il faudra que cette personne apprenne à ralentir parfois même si elle se sent comme portée par l’énergie du ciel, sinon le burn out la guette!

Espérons que d’autres éléments tempèrent dans son thème !


Le mouvement est particulièrement important. Parfois, si les planètes sont en tension, le mouvement a pu être empêché dans l’enfance, ce qui créera alors beaucoup de colère et de frustration tant que la personne ne s’est pas libérée des injonctions parentales.


Il sera particulièrement important de répondre à la demande de Saturne en signe et en maison pour avoir la sagesse et le recul nécessaires afin de contrebalancer les élans du feu.


Si le Soleil et/ou Mars sont en signe de terre, il faudra apprendre à incarner les idéaux du feu dans une réalisation concrète. Oser se poser parfois pour approfondir les choses ! C’est un mélange qui peut être très prolixe au niveau des réalisations dans le monde, à condition que la terre n’éteigne pas le feu (dans le cas où la personne se soucierait trop des conventions ou serait bloquée par son insécurité) ou que le feu n’empêche pas la terre de jouer son rôle de concrétisation des élans en lançant toujours de nouveaux projets qui n'ont pas le temps de s'incarner.




Les planètes féminines en signe d’eau


Ici nous sommes dans le royaume de l’émotion, de l’intériorité.

Il y a une grande sensibilité et souvent des dons médiumniques.


L’empathie est très forte et il est important que ces personnes apprennent à vivre pour elles et à ne pas se mettre en mode « sauveuse » ou « sauveur » ou au contraire verser dans le mode victime.


Avec la Lune en Cancer il peut y avoir beaucoup de douceur mais, aussi, si la lune est mal aspectée, une forme de susceptibilité, d’hyper-sensibilité mal vécue.


Il est conseillé de trouver des activités qui soient « cosy » et c’est en développant cette notion de cocon protecteur que la personne avec des planètes féminines en Cancer pourra épanouir sa féminité.


Nous sommes ici dans le signe du domicile de la Lune aussi les rêves peuvent revêtir une grande importante dans le cheminement spirituel de cette personne.


La maternité peut être une expérience d’extase et la personne devra toutefois faire en sorte que toute son attention ne soit pas uniquement dédiée à ses enfants.

La maternité peut se vivre sur un autre mode que celui de faire des enfants mais reste un véritable appel de l’âme.


Nous sommes aussi ici dans le royaume de l’innocence, qualité spirituelle qui ne doit pas être confondue avec la naïveté.


Avec Vénus en Cancer, il y a un besoin de pouvoir partager sa sensibilité et son intimité avec l'autre ou à travers ses créations.


Si Vénus est mal aspectée en natal, la sensibilité aura pu être jugée voire malmenée dans l'enfance et la personne pourra attirer à elle des personnes qui ne l'écoutent pas ou jugent sa sensibilité. Elle sera alors invitée à transformer ses archétypes dans sa psyché afin que son masculin intérieur puisse protéger en elle cette belle sensibilité, et son âme porteuse d'innocence sacrée.


Il faudra prêter attention à ne pas materner trop l'autre dans la relation, juste lui offrir sa présence aimante et sensible, c'est déjà beaucoup.


Les somatisations se vivent ici au niveau de l’estomac, en lien avec des émotions de l’enfance non digérées ou au niveau de la poitrine directement en lien avec la nourriture que l'on se donne à soi-même ou non.


Avec la Lune en Scorpion, le monde de l’imaginaire au départ est peuplé d’angoisses et la relation à la mère ou la vie intra-utérine aura été vécue comme insécurisante.

La personne porte souvent la charge d’une lignée féminine.

Le flair est grand et la personne est directement en lien avec les ombres des personnes en face d’elle.


Aussi cela lui demandera beaucoup d’ouverture du coeur et un grand travail intérieur pour se sentir "sécure" et ne pas prendre pouvoir grâce à ce qu’elle capte des autres en face.

Elle peut ensuite devenir une excellente thérapeute ou utiliser son flair et son audace pour investiguer des domaines inexplorées ou ayant trait à l’ombre (la sexualité, la criminalité…).


La sexualité est souvent importante, dans un premier temps pour libérer les angoisses puis comme un besoin de mourrir à soi à travers la relation.

La lignée des femmes peut être porteuse de blessure en lien avec la sexualité, la honte ou des morts tragiques.

Il peut y avoir un attrait pour les processus spirituels intenses, ces personnes semblant se rencontrer dans les défis.


Elles peuvent être amenées à aider les autres à changer d’état vibratoire voire à aider les morts à faire leur passage.


Avec Vénus en Scorpion, il peut y avoir un grand pouvoir magnétique qui ne doit pas être utilisé pour manipuler.

Les relations amoureuses sont souvent complexes et passionnées, lieu de souffrance tant que la personne n’accepte pas pleinement ce choix de son âme de venir se transformer dans la relation.


Il y a ici à trouver la différence entre fusion et intimité profonde.


Les somatisations des planètes féminines en Scorpion se vivent dans la zone du bassin et des organes génitaux.



Avec les planètes féminines en Poissons nous rentrons dans le domaine de l’illimité, de l’amour inconditionnel.


Avec la Lune en Poissons, les émotions peuvent submerger et il y aura à trouver comment les accueillir, en ayant de la sollicitude pour ce qu’on a vécu de difficile sans s’identifier à l’émotion.


L’accès à l’illimité peut se vivre par la musique, par un goût pour le spirituel ou l’humanitaire et il y a souvent une grande médiumnité (en particulier quand les deux planètes sont en Poissons ou quand la Lune est dans une maison d’eau : 4,8,12).


La personne a besoin de vivre une dimension supérieure et si elle ne la vit pas elle peut cultiver des dépendances (alcool, drogues…) ou être dans des mécanismes de fuite.

L’idéal est fort et doit trouver un équilibre avec le principe de réalité afin qu’il ne se transforme pas en illusion.


Avec Vénus en Poissons, la personne peut rechercher l'illimité dans la relation. Il peut y avoir idéalisation de la personne aimée car le porteur ou la porteuse de cette Vénus se branche sur la partie sacrée de l'être en face.


Les désillusions peuvent être nombreuses pourtant c'est à travers les relations amoureuses que cette personne peut s'ouvrir au plus vaste.


Il sera plus que nécessaire de construire le point en face en Vierge (discernement, travail "d'analyse") afin que cette Vénus quitte l'illusion pour entrer dans l'expérience profonde de la foi.


Ces personnes peuvent alors voir les potentialités chez les autres tout en ayant aussi le discernement de voir là où la personne vibre dans le présent !


L'art peut transmettre la beauté du sacré et le chant peut être une expérience aidant la personne à toucher l'illimité du doigt.


Les somatisations ici se vivent à travers des virus (La crise sanitaire que nous vivons survient lors de la rétrogradation de Neptune en Poissons (23 Janvier au 28 Novembre, Neptune étant en domicile en Poissons) ou au niveau des pieds.



Les couples masculin / féminin possibles avec les planètes féminines en signe d'eau