• Ariane Clément

Attirer une personne qui vous corresponde et pouvoir vous épanouir ensemble



En discutant récemment avec des amis hommes et femmes célibataires et qui avaient envie pourtant de partager leur vie avec quelqu’un, l’amoureuse en moi s’est sentie tellement concernée et attristée que j’ai eu envie d’écrire un article (bon Vénus est rétrograde donc c'est le bon moment)!

Attention je ne dis pas que cela soit forcément triste d’être célibataire mais ce qui m’attriste c’est de voir des personnes qui aimeraient tellement partager leur vie avec quelqu’un et qui ne rencontrent personne ou des personnes avec qui ça ne fonctionne pas.


Ceux qui me connaissent savent que je ne vais pas vous sortir une méthode toute faite de derrière les fagots ou basée sur la simple pensée positive car le sujet est bien plus complexe que ça !

Cet article ne prétend pas non plus être exhaustif mais propose quelques pistes issues de la psychologie et de la vision des rêves, des archétypes et du Soi pour mieux comprendre ce qui se joue.


Il concerne également les couples existants qui vivent aussi se défi de rester dans un lien sans cesse renouvelé et aimant quand ils ont le plus souvent connu des couples parentaux non épanouis !


La puissance des archétypes qui se jouent de nous avant de s’harmoniser en nous

J’ai la chance d’accompagner des personnes ayant déjà pas mal cheminé (même si j’accueille également les personnes qui « débutent » leur travail sur eux et c’est tout aussi enrichissant).

Beaucoup me disent qu’ils ont conscientisé beaucoup de choses voire même pour beaucoup écouté leurs émotions, fait des soins énergétiques, des constellations familiales et tout cela est magnifique et permet à notre travail d’aller ensuite plus dans la fluidité.


Pourtant certains d’entre eux se plaignent d’avoir de nouveau attiré telle ou telle personne manipulatrice ou d’évoluer dans un couple « caractériel » ou « frustrant» par exemple.


La fluidité relationnelle intervient en nous lorsqu’il y a union de notre masculin (le logos, puissance du verbe, l’action, la capacité de mettre des limites, de structurer notre pensée) et du féminin (l’ouverture relationnelle, la réceptivité)


Prenons un cas imaginaire : celui de Pauline. Imaginons que Pauline ait eu un père « pervers narcissique » (pour forcer un peu le trait pour notre histoire mais bien sûr ça existe). Ce père lui mettait une pression abominable dans ses études, se glorifiait de ses réussites à l’extérieur et la rabaissait à la maison. Il avait des maîtresses et niait systématiquement quand sa femme essayait de lui faire avouer, et cela sans aucune culpabilité.

Pauline, elle s’est développé "à l’opposé" de son père. Elle est partie faire de l’humanitaire puis en revenant en France des années plus tard a choisit une voie artistique, de manière à faire « échouer » le programme élitiste et rationnel de son père pour elle.


Elle a trente ans et est en thérapie depuis ses 20 ans. Elle a bien compris le fonctionnement de son père, l’a diagnostiqué et ses thérapeutes l’ont même aidée à voire à quel point sa mère était une complice passive dans cette histoire et ne la défendait pas.

Peut-être, si elle est un peu mystique, aura-t-elle fait « le bonhomme allumette » pour couper les liens de dépendance avec lui ou un rituel de libération karmique.


Seulement voilà, elle sort encore d’une relation qui l’a épuisée avec un manipulateur et y a laissé des plûmes.

C’est là qu’interviennent ces fameux archétypes !


Le père de Pauline avait une mère dépressive et fusionnelle avec son fils. Etouffé par sa mère sans même le reconnaître, le père de Pauline ne supportant pas cette relation s’est coupé de sa féminité (Anima) et a développé donc un  « masculin en inflation » qui méprise la féminité.

Le masculin en inflation est un archétype très puissant dans l’inconscient collectif qui évolue dans nos psychés (tant qu’il ne s’est pas transformé) et nie notre féminité en nous tyrannisant pour que nous réussissions et que nous correspondions à une certaine représentation. Il s’est développé sur une compensation de nos blessures.

Pauline a la même structure en elle que son père sauf que cela se joue à l’intérieur de sa psyché. Elle est peintre et a du mal à se frayer un chemin dans un milieu très « art abstrait » qu’elle fréquente. Elle essaie de correspondre à l’image un peu « intello » véhiculée par le milieu et a de gros coups de déprime lorsqu’elle n’est pas sélectionnée pour participer à telle ou telle exposition.

Elle aimerait aller vers un art qui lui soit plus personnel mais a peur d’être rejetée par le milieu.

Que se passe-t-il en elle ? Un masculin froid ambitieux et coupé des affects et de la relation utilise sa féminité et son savoir-faire créatif pour briller et être reconnu.

Ce masculin la juge dès qu’elle n’a pas les résultas escomptés, la compare à d’autres plus « successful »…Ce masculin n’a pas la foi qu’elle peut réussir en étant elle-même !

C’est ce même masculin intérieur qui fait qu’elle déteste son corps depuis qu’elle est passée de la taille 36 à la taille 38, le même qui fait qu’elle veut absolument avoir raison dans les échanges et n’écoute pas les autres.

Nous voyons bien ici que ça n’est pas une part d’elle mais une « figure de sa psyché » qui la possède malgré elle et l’empêche de trouver qui elle est vraiment et qui se manifeste chez les hommes qu’elle « attire ».


C’est aussi ce masculin compétitif que nous vend la société et qui pourrait tous nous empêcher d’être solidaires, en lien, à l’écoute (que le covid est venu remettre en question).

D’un point de vue Jungien, un masculin qui va bien est un masculin qui honore la féminité, qui se met au service de cette féminité, de notre sensibilité profonde et de la relation, qui sache nommer nos émotions, nous aider à poser un cadre et des limites dans nos relations afin de nous préserver.


Un masculin qui ait une autre vision de la réussite, plus comme un accomplissement que comme un niveau que les autres sont censés admirer.

Les hommes, eux, vont avoir à transformer le féminin de leur lignée et de l’inconscient collectif (Anima matriciel) qui peut les rendre déprimés, coupés de leurs émotions, ironiques ou sarcastiques, trop intellectuels. Cette Anima va apparaître tantôt séductrice et manipulatrice ou femme fatale, femme d’action dans la toute puissance. Puis au fur et à mesure de la thérapie des rêves, l’Anima devient une figure de sagesse qui aide l’homme à connecter le Soi.

Je ne vais pas donner ici un exemple d’homme mais vous comprenez la logique selon laquelle l'homme peut aussi attirer des partenaires qui corresponde à l'Anima tragique de sa lignée et de l'inconscient collectif.

Cela ne signifie pas que l’homme et la femmes ne doivent pas également libérer des mémoires respectivement de la lignée des hommes et des femmes bien sûr.

L’analyse des rêves a été la voie pour moi qui m’a permis consciemment d’identifier ces archétypes et surtout de les laisser se transformer par le contact avec la divinité. On dit que nous « recevons « des rêves et même si l’analyse de rêve a l’air d’une analyse c’est bien plus que ça en fait !


Il faut se représenter que ces archétypes sont des « géants » et que nous ne pouvons pas les transformer avec notre moi ! Il faut laisser le Soi agir à son rythme dans nos psychés jusqu'à ce qu'il y ait une union du féminin et du masculin en nous…



Les fonctions Jungienne : être avec un partenaire semblable ou opposé.


Jung a définit que nous avions deux fonctions pour appréhender le monde : l’intuition ou la sensation et deux foncions pour prendre des décisions : le sentiment ou la pensée. Chacune de ses deux fonctions a une orientation introversion (je prends l’énergie en moi) ou extraversion (je la prends dans les autres). La première fonction définit notre orientation principale et nous avons deux fonctions introverties et deux fonctions extraverties (cf mon article sur l'introversion décomplexée).

Nos deux premières fonctions sont celles avec lesquelles nous évoluons le plus facilement dans la monde et les deux dernières sont moins faciles d’accès (surtout la dernière) et demandent un travail d’individuation.

Vous pouvez donc évoluer avec un partenaire étant proche de vous ou plutôt opposé voire mi-proche mi-opposé.


Imaginons que vous rencontrez un bel Appollon sur la plage (le garde-côtes) qui vous fait vibrer et qui semble être tellement en présence avec sa sensualité que soudain votre mental s’apaise et vous ne vivez plus que dans l’instant présent…

Vous décidez de construire une histoire avec lui et réussissez à le motiver à venir s’installer avec vous à Paris (ça a l’air d’être du vécu et ça aurait pu être sympa mais ça ne l’est pas :-)!).


Cet homme vous fascine tant il a comme fonction dominante celle qui est justement la dernière pour vous, j’ai nommé la Sensation extravertie (capacité à vivre dans le présent) !


Imaginons que vous ayez donc comme fonction dominante l’intuition introvertie comme beaucoup de vos amis qui c’est une manière d’appréhender ce qui se cache derrière les événements plutôt orientée futur et poussant à l’intériorisation.


Vous présentez votre bel Apollon à vos amis et certains d’entre eux ne vous reconnaissent plus et doutent que ce couple ait un quelconque avenir tandis que d’autres trouvent votre complémentarité parfaite !

Qui a raison?


Tout est possible (en heureusement car l'amour doit rester un grand mystère) en fait et cela dépendra probablement de votre âge, de vos autres fonctions dominantes (peut être avez-vous tous les deux la fonction « Sentiment » comme deuxième fonction) et de votre capacité à vous ouvrir au nouveau.

Quoi qu’il arrive, en avoir conscience va vous permettre de mieux comprendre comment l’autre fonctionne et de valoriser ce que l’autre vient compléter et vous aide à développer, sans quoi votre Apollon pourrait se transformer sans que vous n’y preniez garde dans vos yeux en « primate qui ne comprends rien et n’a aucune vision » et vous deviendrez à ses yeux « l’intello barrée et coupée de son corps et du monde réel » !


Deux partenaires trop semblables peuvent se comprendre plus facilement mais risquent de « bugger » sur certains aspects de leur vie sans arriver à avancer.

Bien sûr il peuvent faire un chemin d’individuation qui les aidera chacun à progresser vers leurs deux fonctions inférieures.


Je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans le test MBTI qui a été conçu sur la base de la pensée Jungienne tout en créant un modèle particulier.


Je vous incite à ne pas vous enfermer dedans mais à vous en servir plus pour vous ouvrir et mieux comprendre (c’est aussi comme ça que j’utilise l’astrologie d’ailleurs).

Une fois que vous avez le résultat (sous le format ENFP, INFJ….) je vous invite à taper ensuite les 4 lettres qui ressortent sur Wikipédia pour voir le déroulement des 4 fonctions cognitives qui correspondent à votre profil afin de vérifier si elles vous correspondent.

Cela demande un petit travail de recherche mais ça vaut le coup. Il y a aussi plein de vidéos sympas qui existent sur youtube autour des différents profils.

Avec l’âge nous sommes invités à développer non fonctions « non préférentielles » afin d’aller vers la complétude et vers les autres.


Il y a des activités qui sont conseillées pour « travailler » notre dernière fonction même si cette fonction a besoin de la collaboration du Moi et du Soi pour pouvoir être intégrée.


La manière d’exprimer nos émotions et notre amour

Nous n’avons pas tous la même manière de nous exprimer affectivement. Certains auront des facilités avec les mots et d’autres exprimeront leur amour à travers la cuisine ou en faisant des choses concrètes.


Si nous nous attendons à ce que l’autre exprime son amour de la manière dont nous exprimons le nôtre nous risquons d’être fortement déçus et cela peut même développer un grand sentiment d’insatisfaction.

Moi qui suis une poète dans l'âme, cela m’a demandé beaucoup de compréhension pour accepter de ne pas recevoir des odes à ma féminité par les mots parlés ou écrits de la part de mon partenaire !

Je les recevais par d’autres personnes autour de moi et dans mes rêves et cette célébration intérieure a finit par me faire lâcher l’attente extérieure (en tous cas la plupart du temps :-)) et de pouvoir voir toute la beauté de l’amour que mon partenaire m’apportait à sa façon.


Pour d’autres personnes les mots sont des mots et ils ne croient que dans le palpable et le tangible. Ils peuvent alors se méfier de vos belles déclarations si elles ne sont pas suivies de faits !

Faire l’exercice de chercher à voir comment votre partenaire vous offre son amour peut se révéler être un exercice qui vous ré-ouvre le coeur

Revenir à la manière donc la relation s’est créée


J’apprends beaucoup de mes rêves qui me ramènent toujours à ce que j’ai besoin de transformer dans mon présent et parfois en lien avec le passé.

J’ai pu remarquer dans mes accompagnements que les rêves revenaient souvent quand il y a besoin, à l’origine de la création d’un couple.


Peut-être avez-vous rencontré votre compagne ou votre compagnon à un moment donné ou vous aviez plusieurs aventures et un besoin maladif de plaire et que cela a encore une influence inconsciente sur votre relation ?


Peut-être vous êtes vous rencontré dans une période d’instabilité financière pour vous ou votre conjoint et cela a-t-il crée des formes d’habitude de fonctionnement financiers entre vous?


Il est important dans un couple de ne pas « enfermer » l’autre dans une vision réductrice qui l’empêcherait et qui vous empêcherait aussi d’évoluer.

Rythmes et activités introverties ou extraverties et week-end !


Selon l’activité que vous avez l’un et l’autre, les week-ends peuvent être des moments pour les uns de besoin de ressourcement « cocon » et pour les autres et besoin de sociabilité.

Cela dépend de votre tendance naturelle à l’introversion ou à l’extraversion mais aussi de l’activité de la semaine que vous avez eue.


On n’y pense pas toujours et il est bon de se mettre à la place de l’autre pour mieux comprendre ses besoin et pouvoir vous harmoniser sur ces plans là.


Un équilibre pourra alors être trouvé afin que chacun puisse s'épanouir dans ces moments "off".


Voilà, il y a aurait encore beaucoup de choses à dire mais j'avais envie de vous partager ce qui m'a été utile et ce qui revient souvent dans les rêves...


Je vous souhaite une belle semaine après cette ouverture du week-end de Pentecôte...


Ariane

  • Deezer sociale Icône
  • iTunes sociale Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Instagram
  • Facebook Social Icône