• Ariane Clément

Le retour de Chiron ou l'initiation de la cinquantaine...Une initiation aussi pour nos dirigeants ?


Après un intense et en même temps incroyable début d’été je me pose un peu au bord de la piscine pour contempler cette initiation Chironienne du moment...

Si vous avez entre 49 et 51 ans alors vous vivez comme moi le retour de Chiron (un astéroïde) sur lui-même et ça peut peut-être vous aider pour mieux comprendre cette traversée !


C’est comme si la vie nous invitait lors de ce passage à nous ouvrir encore plus profondément aux significations spirituelles de nos différentes épreuves et blessures.

Il y a quelque chose de la mort à accepter ou plutôt devrais-je dire de la mort de l’égo car l’âme elle est éternelle...

Dans la mythologie Chiron est ce guérisseur qui a formé beaucoup de centaures aux arts et à la guérison.

Il est immortel et sera pourtant touché involontairement par un de ces centaures qu’il a formé, dans une bataille entre centaures.

Hercule le blesse en effet avec la flèche de l’Hydre de Lerne qui contient un poison inguérissable.

Afin de ne pas souffrir éternellement il va décider de troquer son immortalité avec Prométhée.

Chiron dans notre thème natal est le lieu de nos plus grandes blessures mais aussi celui de notre plus grande résilience, il est également le lieu des initiations, petites morts préparant le grand passage, le lieu de la libération de notre puissance d'auto-guérison.


Mon histoire personnelle m’ayant mis en lien avec la mort trop tôt et de manière violente, cette pensée/peur autour de la mort a toujours été présente dans ma vie et c’est probablement d’ailleurs ce qui a été à la source de mon cheminement spirituel.


Cette tendresse pour la part de moi ayant subit la violence a fait que petit à petit j’ai été plus sensible que d’autres à la maltraitance, qu’elle soit verbale énergétique  ou physique.


J’ai pu aussi comprendre à quel point cette violence était le jouet des archétypes à l’intérieur de chacun et chacune d’entre nous (et donc très présente dans notre société), cesser d’en avoir peur chez l’autre ou chez moi et donc cesser de la juger.

J'ai pu voir les protections au delà de l’apparente « fausse confiance » ou au delà des « mots pointus », ne plus blâmer la violence ou l’inflation chez l’autre ou chez moi...


Au final m’ouvrir à une dimension occulte et non visible de l’existence et à la poésie infinie de la vie...

Petit à petit j'ai appris à quitter cette maltraitance qui sévissait dans ma psyché à travers l'Animus négatif (archétype du masculin en souffrance dans l'inconscient des femmes hérité du transgénérationnel et de l'inconscient collectif), à moins travailler, mieux manger, ne plus me suradapter, avoir le droit d'exister sans me justifier, accueillir la grâce de mon hyper-sensibilité et le processus est bien sûr toujours en cours.


Ceci est mon chemin car mon Chiron natal  est en Bélier (en rapport avec l'élan vital et en négatif avec la violence et une difficulté à trouver son identité), en maison 8 (maison de la mort de l’inconscient, de l’alchimie, de l’occulte) et que son maître est Mars en Poissons (œuvrer pour l’illimité, la musique, le fait que nous sommes tous un, dans l'énergétique, en lien avec le Soi...) en maison 8.


Chiron peut être aussi le lieu où nous guérissons en guérissant l’autre (tel Chiron qui se libère de sa douleur en troquant son immortalité à Prométhée).

Il peut être intéressant, pour toutes et tous et en particulier si vous avez entre 49 et 51 ans, de vous poser cette question : en quoi mes blessures ont elles été ou sont encore un tremplin pour m’ouvrir au Soi, à l’autre point de vue en moi, au plus vaste ?


Même si vous ne savez pas où est Chiron dans votre thème, faire ce lien conscient est déjà une démarche de résilience...


Chiron reste 8 ans dans un signe, l'astéroïde marque donc les blessures d'une génération, et c'est à travers son positionnement en maison et la planète maîtresse du signe dans lequel il réside que nous pouvons affiner l'interprétation.

C’est sortir du tragique pour retrouver le sens et la présence et parfois comprendre le sens de potentielles initiations présentes.

Il me vient d’ailleurs qu’un certain nombre de nos politiques en charge de la crise que nous traversons actuellement, de part leur âge, peuvent se retrouver également dans cette crise Chironienne et en refuser l’interpellation préférant redoubler de remparts « anti-mort » plutôt que de chercher à comprendre le sens profond de cette interpellation de l’archétype de la nature ( le Covid est "parti" d'un animal surexploité par l'homme).

Le Soi cherchant à nous guérir pousse à travers cette crise du COVID l’archétype de la nature en avant afin de rééquilibrer cette toute puissance du moi contrôlant des hommes qui nous dirigent, ne jurant que par l’hyper croissance, la réussite extérieure et le non respect des lois de la nature et de la relation.


Dans la vision Jungienne les archétypes nous saisissent, que ça soit à l’échelle d’un individu ou à l’échelle mondiale pour nous amener vers une guérison...

Dommage que Jung ne soit pas enseigné à l’école, cela permettrait à nos dirigeants  de comprendre la réelle interpellation de cette crise du COVID, en tout cas de nous en approcher car l’inconscient garde et doit garder aussi sa part de mystère...


J'ose espérer que cette prise de conscience viendra de chacun et chacune d'entre nous et que nous serons assez nombreux et nombreuses pour favoriser le changement de conscience de l'humanité.


En tous cas, Le Soi à travers les rêves et les archétypes qui apparaissent dans le monde extérieur est présent pour nous aider dans cette transition.


Puissions nous en tenir compte !


Gardons espoir !


Belle fin d'été à toutes et à tous


Ariane




206 vues
  • Google Play Social Icône
  • iTunes sociale Icône
  • Amazon Icône sociale
  • Spotify Icône sociale
  • Deezer sociale Icône
  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • TIC Tac